Conférence : "Des Artistes de cent ans... Puissance et longévité" par Benoît Decron

Avenue Victor Hugo Rodez Aveyron

mardi 19 novembre 2019 de 18:30 à 21:00

Comme chacun le sait, Pierre Soulages passera le cap des cent ans le 24 décembre 2019.

Cent ans, c’est plus qu’une vie d’homme et de peintre : une histoire personnelle se mêle
étroitement à celle de l’artiste, son travail en mutation, et à son inscription dans le domaine
artistique, à mi-chemin, le point de suture entre l’art moderne et contemporain. Qui peut se
prévaloir d’avoir en 1948 côtoyé Atlan, de Staël et Poliakoff et de connaître les personnalités
de son temps, de s’intéresser vivement à la science et aux nouvelles technologies ?
Soulages bien sûr.


La fréquentation régulière de Soulages et de son atelier m’autorise à penser que ce qui
l’intéresse vraiment se tient dans l’avenir. En 2010, le musée d’art moderne de la ville de
Paris avait monté une exposition intitulée Deadline, une dramaturgie de l’oeuvre ultime de
douze artistes majeurs dont Absalon, Jorg Immendorf, Willem De Kooning, Félix Gonzalez
Torres, Hans Hartung, Joan Mitchell… L’idée s’accorde à la perception d’un Admirable
tremblement du temps, titre du livre admirable de Gaëtan Picon, une sismographe des fins
dernières, un baromètre de l’oeuvre avant la grande liquidation. C’est un angle qui existe dans
la peinture, comme dans la musique, Johnny Cash, Frank Sinatra, David Bowie, Léo Ferré…

On cherche le côté obscur de l’oeuvre, le dernier message. Qu’importe l’âge.


Nous partirons de l’exemple de Pierre Soulages dont l’oeuvre n’a pas vocation à s’achever, à
indiquer un terme. Certainement pas. Ce qui est vraiment stimulant dans les rencontres avec
l’artiste peut tenir dans la phrase de Paul Cézanne « Je pourrais peindre pendant cent ans,
mille ans, sans m’arrêter et je me sentirai toujours comme si je ne savais rien ». C’est la
philosophie de Pierre Soulages, sa manière de concevoir la création en s’étonnant sans cesse
de ce qui arrive sur la toile sous ses pinceaux, ses rouleaux, ses outils.


Nous évoquerons donc, en croisant l’exemple de Pierre Soulages avec d’autres parcours
d’artistes pris au fil des siècles, dans les dernières créations : Hals, Titien, Goya, Picasso,
Monory, Balthus, Hartung, bien d’autres. Force et longévité, puissance solaire et activité
débordante, comment tout cela, pêle-mêle, s’accommode-t-il avec l’appel de Tanathos ? Une
question d’attitudes qui nous éclaire sur la peinture.

Cette conférence présentée par Benoît Decron, Conservateur en cherf du patrimoine et directeur de l'EPCC musée Soulages à Rodez aura lieu dans l'auditorium du musée. Gratuit - Sans réservation - dans la limite des places disponibles.